Une mosaïque de Parcs et Jardins

Le patrimoine en parcs et jardins du département de l’Aisne - qu’un sol fertile et un climat peu excessif rendent propices à la culture d’une multitude de plantes d’ici et d’ailleurs - est à la mesure de la richesse de son patrimoine architectural et historique. Il est aussi le reflet de l’imagination de paysagistes, qui ont réalisé ou transformé de nombreux jardins publics et privés, accessibles aux visiteurs. Des jardins médiévaux aux créations contemporaines en passant par les parcs à la française ou à l’anglaise, l’Aisne offre pas moins d’une vingtaine d’univers végétaux créés pour l’enchantement des yeux et des sens.

Des jardins en Thiérache

De briques et coiffés d’ardoises à l’image des fermes alentour, les châteaux de Bosmont-sur-Serre et de Puisieux-et-Clanlieu, respectivement des XVIIe et XVIIIe siècles, s’ouvrent sur de vastes parcs qui s’inscrivent en douceur dans leur environnement rural. Celui de Bosmont-sur-Serre, de 15 hectares, fut créé au XIXe siècle, et sert d’écrin à une collection d’érables. Un jardin potager fleuri d’un hectare, dessiné par la paysagiste Alix de Saint-Venant s’y intègre, ainsi qu’une volière à faisans et un parc animalier. Le parc de Puisieux-et-Clanlieu, étendu sur 3 hectares, combine décors à l’anglaise - dominé par de très vieux arbres, dont plusieurs cèdres de l’Atlas et du Liban tricentenaires -, et décors à la française - où prennent place plusieurs collections florales.
A Guise, le jardin du familistère est une réalisation végétale unique dans sa conception comme l’est le familistère lui-même, oeuvre de l’industriel local Jean- Baptiste Godin. Le concepteur du « palais social » imagina en 1856 un jardin d’agrément et de rapport pour ses ouvriers. Ce parc installé sur les bords de l’Oise - entre l’usine Godin et l’ensemble architectural comprenant les bâtiments d’habitation collectifs, les économats, l’école et le théâtre – a été réhabilité en 2004 selon les directives du paysagiste Joël Chatain.

Jardin de Puisieu et Clanlieu

Des jardins en Laonnois

Le Laonnois, parsemé d’abbayes et de châteaux forts, est particulièrement riche en jardins du Moyen-Age. Un jardin de plantes médicinales a été reconstitué sur le site de l’abbaye cistercienne de Vauclair, regroupant 420 espèces de simples, dont certaines sont très rares. Attenant, un verger conservatoire présente près de 200 variétés de pommiers et de poiriers locales. Le jardin botanique médiéval de Coucy-le-Château, cultivé selon les méthodes d’époque sur une terrasse située sur les pentes de la cité, représente le capitulaire de Charlemagne. Il comprend un potager de 42 plantes comestibles, un jardin de 30 plantes médicinales et un verger de 16 arbres fruitiers. Pareillement dessiné en carrés clos de plessis, le jardin médiéval conçu dans la cour de labbaye Saint-Martin de Laon présente une collection de légumes et de plantes d’usage courant au Moyen-Age. Grâce à l’une de ses particularités architecturales, le Laonnois possède en outre de très charmants petits jardins d’agréments, ceux des vendangeoirs, anciennes demeures vigneronnes et de plaisance. Le vendangeoir d’Orgeval, datant du XVIIIe siècle, s’ouvre sur unclos de murs de 2500 m2, qui épouse la pente grâce à trois terrasses. Bordées de buis, les compositions florales aux teintes douces, mariant iris, clématites, roses anciennes, créent une ambiance intimiste. 

Jardin de plantes médicinales de Vauclair

Vendangeoir d'Orgeval

Verger de Vauclair

Vendangeoir d'Orgeval

Jardin de plantes médicinales de Vauclair

Jardin médiéval de Coucy-le-Château

Des jardins en Soissonnais et Valois 

De la vallée de l’Aisne à la forêt de Retz, de nombreux châteaux résidentiels du Soissonnais-Valois possèdent des parcs et jardins. Celui de Vic-sur-Aisne, construit aux XVIIe et XVIIIe siècles près d’un donjon des XIIe et XVIIe siècles, est entouré d’un parc à la française de 5 hectares dont le dessin est attribué à Le Nôtre. Le château de Blérancourt – édifice du XVIIe siècle transformé en quartier général des ambulanciers volontaires américains pendant la Grande Guerre puis en musée de la coopération franco-américaine – s’ouvre sur un parc aménagé par les paysagistes américains Madison Cox et Mark Rudkin, baptisé « jardins du nouveau monde ». Un jardin à la française et trois jardins d’essences florales y côtoient un arboretum d’essences américaines. Le donjon de Septmonts, ancienne résidence de plaisance des évêques de Soissons, est flanqué d’un parc de 4,5 hectares – anciens jardin et garenne du logis – abritant un verger et un arboretum. La collection augmente régulièrement : chaque enfant du village, lorsqu’il atteint ses sept ans, plante un nouvel arbre. Le château de Montgobert, édifice du XVIIIe siècle ayant appartenu à Pauline Bonaparte, se trouve au sein d’un parc à l’anglaise de 14 hectares dessiné au XIXe siècle.
A découvrir également, les Jardins de la Muette à Largny-Sur-Automne. Aménagés sur 3 hectares le long des vestiges d’une grande terrasse du XVIème siècle, ces jardins surplombent un grand massif boisé et révèlent dans la cour intérieure, un étonnant jardin de buis.

Jardin de Bosmont-sur-Serre

Jardin du nouveau monde à Blérancourt

Jardin à la Française de Vic-sur-Aisne

Parc de Montgobert

Des jardins en vallée de la Marne

 
La pointe sud de l’Aisne recèle deux jardins inventifs propres à stimuler intensément les sens. Au chevet d’une église de pierre du XIIIe siècle, le Clos Joli aurait pu susciter l’imagination des peintres impressionnistes. Un harmonieux fouillis règne dans cet univers de 4500 m2 dédié aux fleurs, européennes et asiatiques. Un circuit de senteurs offre de s’enivrer des parfums les plus subtils.
Au sein d’un parc du XVIIe siècle, les Jardins de Viels-Maisons, oeuvre de la paysagiste Sonja Gauron, ont été conçus comme une mosaïque d’univers thématiques : jardin de curé, jardin anglais, jardin de couleur, jardin blanc, jardin d’eau, jardin sauvage… Le jardin de roses présente une collection de 150 variétés. Les 3 hectares de compositions végétales occupent l’emplacement de l’ancien potager du château de Viels-Maisons, détruit à la Révolution et reconstruit au début du XIXe siècle.

Le clos joli à Brécy

Les jardins de Viels Maisons

Jardins de Viels-Maisons

Le clos joli à Brécy