Laon

Laon, ses contes et légendes...

Après ses études d'histoire, Mariel, jeune greeter Laonnois, s'installe dans la cité médiévale de Laon pour mieux assouvir sa soif de culture. Mais ne vous attendez pas à recevoir un simple cours d'histoire, de la part de cet adepte de littérature fantastique ! Mariel se passionne aussi pour les héros et créatures légendaires de la cité. Du serpent des souterrains à l’alligator de l'évêché, percez avec lui les mystères de la ville !

Mariel_Greet©Amin-Toulors (16)

Le bœuf blanc

Mariel débute sa visite devant le tribunal, ancien Palais des Evêques de Laon. Juste à côté se dresse l’imposante cathédrale et ses célèbres statues de bœufs. « C’est un hommage aux animaux qui ont transporté les pierres jusque sur le plateau. La légende raconte que les bœufs, épuisés, se sont effondrés au bord de la route. Un bœuf blanc est alors miraculeusement apparu pour acheminer les pierres restantes. »

Drame à la poudrière

Un peu plus loin, notre Greeter fait découvrir la citadelle de Laon (aujourd’hui cité administrative). En 1594, Laon, ville qui défie l’autorité d’Henri IV, est assiégée puis reprise. Le Roi fait raser le quartier bourgeois et bâtir une citadelle tournée vers la ville pour se défendre des ligueurs. Aujourd’hui, il en subsiste notamment l’entrée avec son pont-levis. La citadelle fut le lieu d’un drame en 1870. « Pris de panique face à l’arrivée des Prussiens, un soldat fit exploser la poudrière tuant 200 Laonnois… et aucun assaillant ! » Un monument a été érigé en leur mémoire au cimetière Saint-Just.

Laon_souterrains©AS.FLAMENT (2)

Chapelle des templiers

Octogonale, cette Chapelle rappelle le temple de Jérusalem. Pendant longtemps, elle a abrité le gisant de Guillaume d’Harcigny, aujourd’hui conservé au Musée. « Il s’agit d’une sculpture très réaliste représentant son cadavre qui se putréfie. »
Pendant la Révolution, l’édifice, doté de fenêtres très hautes, fut transformé en prison. Aujourd’hui, dans la cour du musée attenant, les deux aigles de la Kommandantur veillent sur les lieux…

La ruelle rouge

Les Evêques ont décidément la vie dure à Laon ! L’un d’entre eux, Gaudry, a été placé dans un tonneau et jeté de la colline. Sa dépouille sanguinolente fut ensuite pendue dans la ruelle des Templiers. « Depuis on l’appelle la ruelle rouge et le soir on entendrait ses pas sur les pavés… »

laon_boeufs_S.Lefebvre

Monogramme royal

Impossible de parcourir le plateau sans passer par la porte d’Ardon, l’une des 3 portes fortifiées ayant traversé les siècles. « Elle était située face au Palais royal du comte Caribert. Sa fille, Berthe au Grand Pied, fut emmenée par Pépin le Bref qui l’épousa. L’héritier de la couronne, Charlemagne, fut peut-être conçu à Laon ou à Samoussy. » Il ne reste rien aujourd’hui des constructions en bois de l’époque carolingienne. Seule la petite grille surmontant la porte d’Ardon porte encore le monogramme de Charlemagne. « Son secrétaire avait inventé ce monogramme pour qu’il puisse signer les documents car il ne savait pas écrire. »

Téléphérique à légumes

Surplombant la cuve Saint- Vincent, la rue des Chenizelles propose une curiosité plutôt surprenante : un téléphérique à légumes. Aujourd’hui hors- service, il permettait de faire monter des paniers en provenance directe des cultures.

Le basilic rôde

En prenant la direction de Saint-Martin, on remarque des soupiraux en devanture des maisons : ils permettaient de faire respirer les souterrains qui ont toujours inspiré les légendes locales ! Ainsi, un basilic (serpent géant) aurait hanté les lieux, volant la nourriture des habitants ! Excédés, ces derniers auraient fait appel à un voyageur pour qu’il lâche son rhinocéros à la poursuite de la bête… Le basilic se serait enfui et serait toujours caché au Domaine de la solitude…

La tour penchée

Juste à côté de la porte de Soissons, la tour de Dame Eve a, elle aussi, inspiré des légendes locales. « Un jour de fort vent, le propriétaire d’un moulin aurait attaché une corde à la tour pour stopper son moulin de peur que ses ailes ne s’arrachent, d’où cette tour penchée. » En réalité, cette inclinaison serait le résultat d’un glissement de terrain dû à la présence d’argile et de sources.

Laon_porte_soissons@Colin (6)

La guillotine

Après un passage par l’église Saint-Martin et le cimetière Saint-Just, notre Greeter revient vers la place de l’Hôtel de Ville. « L’annexe de la mairie, qui était autrefois une église, fut transformée en théâtre après la Révolution. En face, il y avait une petite place où se déroulaient les exécutions. Un jour, le bourreau y fut lui-même guillotiné suite à une exécution ratée ! »

L’Hôtellerie du Dauphin

Pour conclure son parcours, Mariel marque un arrêt devant l’Hôtellerie du Dauphin.
« C’est le lieu où aurait été conçu Louis XIV. Ses parents, ayant des problèmes de fertilité, seraient venus en pèlerinage dans l’Aisne où le miracle aurait opéré… ». Prudence toutefois, nombres de villes réclament la paternité de ce miracle !

Alors n’attendez plus, réservez votre greet avec Mariel et vivez une expérience insolite en sa compagnie !

Autour du sujet